Font Size

Cpanel
Vous êtes ici : Accueil Récits VOSGES TROIS FOURS (8-9 décembre 2007)
  • Derniers Articles
  • Stages Hivers
  • Formation SNE
  • Cotisations

Quentin DelavignetteComme chaque année Quentin Delavignette guide de haute montagne U.I.A.G.M. nous propose, pour cet hiver une série de stages.
Vous trouverez ici toutes ses propositions.

Animateur SNEPré-requis : membre du CAB (cotisation « membre alpin »), grimper en tête en falaise depuis au moins 2 ans dans le niveau 4c/5a minimum et maîtriser les bases de l'escalade en tête (emploi de la corde simple, moulinette, relais, rappel, etc.)
Remarques : Celui qui grimpe déjà en second et veut commencer à grimper en tête en falaise doit plutôt suivre le stage du 15 août en précisant qu’il désire apprendre les techniques de base du 1er de cordée.
Voir tous les détails dans la rubrique Infos/Stages/Treks

VOSGES TROIS FOURS (8-9 décembre 2007)

hv268_4.jpgPour celui ou celle qui rêve de skis avant les autres, de vent et de corniches faisant penser à l’Ecosse, d’un tour en scooter à 4h du matin, un week-end aux Trois Fours organisé par notre ami Albert Soudan est l’endroit idéal.

Vendredi 17h 55 : ouf, j’ai 5 minutes d‘avance sur l’horaire du rendez vous à Champion. Il me faudra bien ça pour ranger ma voiture et préparer la place pour les 4 covoitureurs. Pas de chance, ou en fait plutôt bonne nouvelle, ils sont déjà tous là sur le petit parking. Il faut dire que les dernières expériences de rendez-vous m’avaient un peu échaudées, du genre, 4 personnes à l’heure à poiroter pour une heure en retard. Cette fois c’est bien parti.
hv268_5.jpgGrâce à la technologie moderne, Albert nous avait avertis au matin qu’il fallait remplacer les skis par des palmes. Personne n’a vraiment lu ou appliqué le SMS de notre éclaireur qui était déjà sur place depuis le mercredi. Chacun avait pris ses skis avec lui. En 3 minutes, le tout est dans le box et dans le coffre et nous pouvons rouler. Epinal 6°, Gerardmer 4°, Xonrupt 3°, la conversation change de sujet , nous commençons à croire à la neige ,
Alt. 1000m : 1°, neige fondante. Nous abordons le chemin du refuge dans 5cm de neige fraîche et dans une fameuse tempête. Allons-nous continuer à pied ou en voiture ? Certains des covoitureurs optent pour une arrivée au refuge en voiture ; la majorité l’emporte et nous nous parquons devant le refuge. Mal nous en a pris : Jean-Paul, le gardien, craignant des chutes de neige très abondantes, nous a sorti du lit à 4h du matin et nous avons du batailler plus d’une heure dans la tempête pour ressortir et remettre la voiture sur la grand route. Ensuite  la récompense…, certain(e)s ne l’auraient ils pas faits exprès ?

Samedi 8h, petit déj. : la question du jour pour certains est : « à pied ou à skis ? »
C’est bien entendu à skis que nous quittons le refuge vers 9h dans les bourrasques de vent et les éclaircies en direction du Rainkopf. La journée s’annonce extra. Extra, elle le fut sauf pour les blessés et autres victimes de problèmes techniques qui font que notre beau groupe se réduit de quart d’heure en quart d’heure. Ski de fond à travers tout, pique-nique avec vin chaud, superbes corniches, quelques chamois dans la face Sud-Est du Hohneck, voilà ce que nous avons vécu. Pour l’ambiance, les photos parleront mieux que ma prose. Le soir, autour d’un Gewurztraminer,  tout le monde y va de sa petite histoire et nous refaisons une partie du monde. Ensuite un bon petit plat mijoté par Sylvie nous remet en forme pour aborder notre lit. Mmmmmmmm !!!!!!! Je n’ai pas entendu le ronfleur. Or, il parait qu’il était là. Seul bémol à notre bonheur, le thermomètre qui affichait -3° toute la journée affiche -1°au moment de se coucher.

hv268_6.jpgDimanche 8h, petit déj. : la question du jour pour certains est : « à pied ou à skis ? »
C’est bien entendu….       Une partie du groupe  choisit néanmoins la rando à pied plutôt que le ski sur la neige trempée et la pluie qui tombe à présent. Mais les précipitations s’estompent rapidement et font place à de timides éclaircies entrecoupées d’averses de neige. Cette fois, nous prenons la direction du Nord et après avoir descendu la piste de la Schlucht, nous partons dans les bois vers les gazons du Faing. C’est le moment d’essayer les GPS dont l’efficacité n’est plus à prouver. Ce sont les propriétaires de ces petits appareils qui doivent démontrer leur propre niveau d’efficacité. Bel exercice. Moralité: l’appareil n’est vraiment efficace que si les waypoints et/ou les fonds de carte ont  été encodés à l’avance.
Les randonneurs à pied sont dans la même direction que nous. Ils passent par les fameuses échelles et retournent au refuge via Le Valtin. Belle rando pour eux aussi !
Pour les skieurs, retour au refuge en milieu d’après-midi. Un bon morceau de tarte maison aux myrtilles et nous voilà prêts à retourner vers notre bercail, des souvenirs et de l’énergie plein la tête.
Merci à Albert, Jean-Paul, Sylvie et tous les participants pour leur contribution, leur bonne humeur et leur enthousiasme. Un week-end pareil, on en redemande.
 
Marc Vanden Haute