Font Size

Cpanel
Vous êtes ici : Accueil Récits Chroniques "Oisans 2008"

Récits

Chroniques "Oisans 2008"

Ce furent 5 journées mémorables. Les conditions en montagne étaient excellentes. De la neige en abondance et du regel nocturne.
Nous sommes d'abord montés au refuge "Temple-Ecrins". Nous y avons enchaîné une grande voie de rocher  dont le nom "Les fruits de la passion" synthétise la vie de notre guide.  Cette voie semble bien anodine à la lecture de sa description : AD-, 7 longueurs dont  quelques lignes de 5b et 5c. Mais en terrain montagneux, en tête et les "grosses" dans le sac, cela change quelque peu la donne.


Refuge « Temple-Ecrins »
8.png

 

 

 

 

 

 

 

Le lendemain, c’est le "Pic Coolidge" par la voie normale qui nous met en jambes. Agréable course de neige agrémentée d'un peu de mixte à  la  descente nécessitant de la célérité pour que la corde remplisse son rôle.


10.pngAprès un intermède de quelques jours, nous retrouvons notre guide à La Grave pour passer la "Brêche de la Meije" par les Enfetchores et rejoindre le refuge du Chatelleret. Cette petite course vaut le détour même si il ne s’agit pas d’un sommet. On y trouve tout ce qui se fait en alpinisme : passages de rocher "à corde tendue", pente de neige à cramponner, du mixte, descente en neige foireuse, ramasse de 800M de denivelée.Il y faut déployer davantage de qualités d’alpiniste que pour gravir le Mont-Blanc par la voie normale.



9.png
 6.png


Le lendemain, nous grimpons le "Pilier Chèze" à la Tête  Sud du Replat. Il s’agit d’une course de rocher de 200M précédée d'un solide cramponnage de 1200M de dénivelée. La course est cotée D-. La difficulté des passages ne dépasse par le 4C mais le sac est lourd : piolet, crampons, chaussures, vivres de course, une veste au cas où...et les passages clés sont raides à la limite du déversant. Peu d’équipement en place quelques pitons semés parcimonieusement aux endroits clés que l'on découvre au dernier moment. J'ai le souvenir  d'en avoir repéré un juste après m'être protégé par un  coinceur mécanique.
Nous sommes descendus vers le refuge de la Selle par le Col du Replat.
3.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La dernière course nous conduit du refuge de la Selle au Pic de La Grave. Solide « bavante » de neige de 1000M de dénivelée. Elle en valait également le détour. Au sommet, le point de vue était splendide.
5.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous avons terminé la course par un atelier de sauvetage en crevasse sur le glacier de la Girose où les indications pratiques de notre guide me rassurent désormais au sujet de mes capacités à faire face à cette situation.

"Oisans 2008" aura été pour moi très satisfaisant. Sébastien est un guide passionné qui aime son métier et qui sait le faire partager aux autres.

J'ai eu l'occasion de faire une course et une grande voie en autonomie : l'arête NNE du Gioberney et "18 tentatives pour devenir un Saint-Ogradiste" à l'Encoula/Barfly.
7.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Il ne reste plus qu'à s'affuter en vallées belges pour  préparer  l'édition "Oisans 2009" (la traversée de la Meije attend...) où vous ne manquerez sans doute pas de venir éprouver vos jarrets, piolets, crampons et chaussons pour le bonheur de se sentir à l’unisson de la nature.

Patrice Falque