Font Size

Cpanel
Vous êtes ici : Accueil Récits Une course imprévue

Récits

Une course imprévue

Dès le premier juillet, nous sommes attentifs aux prévisions météo et la tension monte. Le temps est instable, les foins sont toujours sur pied et les moutons marqués de taches rouges et vertes sur le dos trompent leur impatience avant  leur prochaine montée dans les hauts alpages en broutant l’herbe de la vallée…

Comme entraînement nous allons jusqu’à la cabane de la Tsa.

Sentier bucolique sous la forêt de mélèzes traversé par des cascatelles à l’eau argentée et bruyante avant de retrouver le plein soleil suspendu au-dessus de blocs qui compliquent la progression jusqu’à l’arrivée.

Petite halte méritée, une bouteille de Goron bien frais servi par la gardienne qui accueille les alpinistes depuis vingt ans !

Je feuillette le livre du refuge des années quatre-vingts et retrouve les traces de mon passage lors de notre ascension du Pilier du Tsalion… le 30 juillet 1980 ! Les ans ont passé… Nadine et moi sommes très émus.

A la descente, elle chute. Gros hématome au bras et une vilaine coupure !

Premiers soins, bandage et désinfection en rentrant. Le bras passera par toutes les couleurs…mais rien de grave.

 

Vendredi quatre juillet, départ pour Zermatt vers sept heures.

Une certitude, la météo sera favorable jusqu’à demain soir. La chance est avec nous. Montée confortable en téléphérique puis en cabine jusqu’au Petit Cervin ! Une seule langue, le japonais !

En haut, les skieurs s’en donnent à cœur joie. Ici, c’est l’hiver en été !

Près de nous, le Cervin se dresse et s’accroche dans le ciel, au loin, la Dent Blanche s’affaisse sous la brume de chaleur et jette un regard sur la Dent d’Hérens à l’allure altière. Spectacle grandiose baigné de silence et pureté.

Un rêve passe mais déjà Jean nous encorde et c’est parti…

Nous suivons plusieurs cordées en route pour le Breithorn, d’autres en reviennent déjà. Beaucoup de monde sur la trace.

Il est onze heures ! L’immense champ de neige est en condition et porte nos pas sans trop enfoncer  mais pour combien de temps ?

Tout va bien, nous descendons… jusqu’à 3.600 m ! Jean a tenu ses promesses !

Mais bientôt la pente se redresse en rejoignant des traces qui montent au Castor et au Pollux…

Je me risque : « Jean, tu nous avais dit qu’on atteignait la cabane à 3.400 m. Donc en descendant ! »

Jean ricane. « Oui, mais avant  il faut remonter jusqu’à 4000 m. » Je reste muet et n’ose plus rien dire car notre ami Gaudin est resté très susceptible…
unecourseimprevue.jpg

A ma gauche, des grimpeurs sont aux prises avec le Liskamm, à ma droite, d’immenses séracs bleuâtres et quelques grandes crevasses nous narguent en silence. Une rencontre inattendue : une skieuse, seule, en compagnie de son chien ! Nadine, Christine et Claudine sont silencieuses, ça grimpe toujours et la neige commence à mollir !

Qu’est-ce que je fais ici ? A mon âge, je devrais me contenter de parcourir les bisses, bien à plat et à l’ombre !

L’altitude est bien présente et nous ralentissons ! Jean, de temps en temps, se tourne vers moi  avec un grand sourire aux lèvres.

Trop tard pour renoncer, il faut continuer…

Puis c’est la descente plus infernale que la montée. La neige ne porte plus et c’est de plus en plus fatigant. Six cents mètres de dénivelée jusqu’au refuge perché à 3400 m. Chaque pas nous rapproche de notre oasis perdu sur un rocher entouré de glace, mais que c’est dur ! Nous sommes fatigués !

Il est seize heures ! Accueil chaleureux du gardien, tout heureux de revoir Jean. Nous sommes reçus comme des rois !

Chambrette pour quatre personnes, sanitaires en sous-sol impeccables, salle de séjour inondée de soleil… bar bien achalandé !

Thé chaud puis une bouteille de rouge italien délicieux. La fatigue s’envole…

A l’apéritif, nombreuses rondelles de saucisson et quelques petits toasts  gratuits ! Au menu : des pâtes à l’entrée suivies de viande et légumes et enfin une crème maison. Une dernier bouteille puis nous montons nous coucher.

Il est vingt heures trente! Le soleil brille toujours sur les immenses séracs suspendus dans le vide. Nuit au sommeil léger mais suffisant ! 

Quatre heures trente ! Le réveil de mon portable se manifeste. Sonnerie cruelle et obstinée. Il fait toujours nuit. Copieux déjeuner puis équipement fastidieux. Réglage du baudrier et des crampons, à la frontale, sur la terrasse ! Le vent souffle violemment, il fait glacial !

Cinq heures trente ! Départ silencieux ! Le souffle est court, l’effort pénible. L’organisme répugne à dépenser une telle énergie dès le départ. Et pourtant, il va falloir, avec nos vieux diesels, se hisser six cents mètres plus haut…

Je suis perplexe, des pensées négatives m’assaillent… Ce n’est plus de mon âge… c’est la dernière fois, j’ai été piégé par mon orgueil…

Puis doucement, la lumière inonde les sommets, glisse sur les pentes vertigineuses et  nous atteint en plein effort comme une offrande sur nos épaules endolories.

Huit heures trente! Le plus dur est fait ! Des cordées sont, depuis longtemps déjà, engagées sur  le Liskamm… Gros points noirs en équilibre entre ciel et neige. Court arrêt ! Il ne faut pas traîner, les conditions sont excellentes en ce matin de début juillet. Il faut en profiter.

Quatre cents mètres de descente, nous retrouvons  Castor et Polux, eux aussi bien fréquentés depuis l’aube.

La pente se redresse de nouveau, encore deux cents mètres de dénivelée  pour rejoindre le point de départ pour le Breithorn.

Le moral joue, nous accélérons. Les forces reviennent. Comme disait Georges Janty : «  C’est dans la poche ! »

Encore un petit effort ! Nous sommes à cinq cents mètres de la gare du téléphérique. Ouf ! Baudriers et crampons dans le sac.

Les skieurs sont toujours là.

Il est onze heures, c’est fini et nous sommes heureux.

Jean avait raison, ce n’était qu’une belle balade pour vous les jeunes ! 

J.-P. COBUT