Font Size

Cpanel
Vous êtes ici : Accueil Récits Rendez-vous à Warnant, février 2001. (J-P Cobut)
Erreur
  • Échec du chargement des données du flux

Récits

Rendez-vous à Warnant, février 2001. (J-P Cobut)

Comment oublier le regard timide des pâquerettes égarées en hiver, appelant le printemps, emprisonné dans la glu des bourgeons, promesses d’amour et de renouveau ?
Et comment oublier l’ambiance de l’auberge accueillante où nous plongions tous, fraternels, impatients de déguster la bière, trop vite bue , au grand regret du verre tout ému de buée…

Oui, je rentre fatigué mais enthousiaste de ma randonnée à Warnant parce qu’aussi, je garde en moi la chanson du cœur de mes compagnes et compagnons des longs chemins.

Avec vous, j’ai retrouvé un peu de mon inconscience d’antan, j’ai oublié mon automne et  rêver de jeunesse…

Un grand merci à vous les marcheurs, de gros bisous à vous les marcheuses !

 

Et voilà, je me mets à penser à ceux qui ,le dimanche, au réveil, se retrouvent au rendez-vous de la pluie sur les vitres, n’écartant même pas le rideau pour s’approprier une parcelle de lumière,  paralysés par ce temps suspendu, vide de sens, face à eux-mêmes, avec leur détresse, leurs doutes ,avec l’ombre de l’absence.

 

Et voilà, je me mets à penser à ceux pour qui le dimanche est ce traditionnel rendez-vous avec l’ennui, avec ce dîner « rituel », reproduit fidèlement durant les cinquante-deux semaines de l’année, pour qui le dimanche est un jour d’angoisse, masqué par le parfum des croissants chauds, la présence omniprésente de la télévision qui parle mais ne peut vous parler.
Oui, je pense tout particulièrement à ceux qui haïssent les dimanches parce qu’ils ont des raison de les haïr.
Que leur dire ?Je n’en sais rien. Sinon d’espérer, peut-être d’ouvrir portes et fenêtres, d’aller à la rencontre du vent, de la pluie, du soleil, de voyager dans la tête si les jambes n’en peuvent plus…d’aller à la rencontre de l’autre, de partager ce temps qui n’en finit pas, d’accueillir, d’ouvrir les bras et d’écouter.
Enfin, de faire provision d’humanité qui permettrait, peut-être ,de découvrir la riche impatience d’être dimanche pour le consacrer à l’autre.


J’étais bien avec vous, mon dimanche, mon beau dimanche illuminé par vous, mes amis.

 

                                                                                                Jean-Pierre Cobut