Font Size

Cpanel
Vous êtes ici : Accueil Récits Vercors 19-21 février 2009

Récits

Vercors 19-21 février 2009

Après un passage à l’ONF de Saint Agnan en Vercors pour faire le point sur l’itinéraire et récupérer les clés d’une cabane qui pourrait nous servir de logement la nuit de samedi à dimanche, nous parquons la voiture au bout de la route déneigée. Au-delà, 30cm de neige et nous ne sommes qu’à 800m d’altitude. Nous montons à la Jasse du Play, passage bien connu de la GTV et du GR.

 Ces 6 heures de marche et 800m de dénivelée nous conviennent parfaitement pour notre mise en jambes. A l’entrée des Hauts-Plateaux, les nuages font place au soleil, tout est lumineux. Les arbres sont chargés de neige à souhait et les traces de skis nordiques et de raquettes au sol nous montrent que nous ne sommes pas les premiers sur ce territoire sauvage. Pourtant tout se ressemble et il s’agit de choisir la bonne direction. Lecture de carte attentive et boussole combinée à nos GPS en backup : la situation est sous contrôle. Le refuge est trouvé sans difficulté vers 16h30, juste à temps pour participer à la corvée bois et allumer le mini-poêle qui nous donnera le petit plus de confort. Les autres locataires sont sympas et la soirée se passe à échanger infos et expérience sur les lieux.

Vendredi matin, nous prenons la direction du Pas de la Ville au pied du Veymont. A skis de rando, il est conseillé d’aborder la première partie de l’ascension avec prudence et si nécessaire de la gravir à pied. Marc atteindra l’Agnellerie raquettes au pied. Je chausserai les crampons à 100 m, ne me sentant pas en sécurité dans mes vieilles TSL. Au-delà, nous sommes sur les pentes douces mais bien gelées et nous atteignons le sommet sans difficulté. Au passage, nous croisons quelques skieurs montés de Gresse en Vercors pour la ballade à la journée. La vue est fabuleuse, le ciel est dégagé et l’absence de vent nous laisse le temps de faire une révision de la géographie alpine : Mont Blanc, Meige, Aiguilles d’Arve, Obiou sont devant nous. A nos pieds, le majestueux Mont Aiguille couronné de neige nous dévoile son pilier sud et sa face nord-ouest avec la voie normale et la tour des Gémeaux.

 


 

La descente sur la face sud du Veymont est moins rose, la neige est déjà fort ramollie et les raquettes se tordent dans la soupe. Un groupe nous prévient que la cabane des Aiguillettes n’a pas de poêle, détail… que nous vérifions rapidement. La neige a enseveli la cabane. Une tranchée y donne accès mais une congère s’est installée dans l’entrée et les deux portes sont bloquées en position ouverte. Il n’est pas encore trop tard, et nous préférons continuer jusque Pré Peyret plutôt que de passer la nuit dans ces conditions. Vers 17h00 nous faisons connaissance avec nos colocataires à nouveau occupés à la corvée bois. Ils ont de bonnes scies mais se contentent de bois vert. Nous reprenons les choses en main et une heure plus tard le poêle ronronne. Le soir, dégustation de poire maison et de diverses liqueurs de fruits… l’atmosphère se réchauffe. Samedi matin, nous prenons la direction de Pré Grandu que nous atteignons vers midi après une splendide traversée des étendues dégagées à proximité de la Grande Baraque. Cela nous laisse encore l’après midi pour boucler la boucle. Nous décidons de poursuivre plutôt que de loger dans cette cabane de l’ONF.

 


 

La suite est moins courue et nous ferons la trace pendant deux bonnes heures avant de trouver l’entrée du chemin de l’Aiguille qui est annoncé comme éboulé. Nous sommes en raquettes, il y a beaucoup de neige et nous nous engageons donc pleine pente à la recherche des traces orange sur les arbres sensées nous maintenir sur le bon chemin. Ce seront surtout les traces des bouquetins propriétaires des lieux qui nous amèneront sur le sentier en balcon qui, progressivement, nous ramènera à la civilisation. Vers 16h00 nous retrouvons la voiture. Les nuages ont déjà envahi le ciel mais c’est plein d’images de grandes étendues, de neige et de soleil que nous reprenons le chemin de la Belgique. Voila un rêve de longue date qui est réalisé et déjà l’envie d’y retourner. Peut-être un nouveau ‘plan B’ pour l’année prochaine lorsque la météo Suisse se montrera à nouveau capricieuse. Pourquoi pas en skis nordiques à partir du col du Rousset ?

 

Pierre Ciparisse


Un lien de référence : des raquettes à neige sont disponibles en prêt dans le matériel du Club ! rubrique matériel