Font Size

Cpanel
Vous êtes ici : Accueil Récits L'envers du décor

Récits

L'envers du décor

Nettement plus accueillant l’envers du décor. Mais qui peut se construire une image mentale satisfai-sante de ce versant ? Celui qui offre les voies normales aux alpinistes ; à ceux qui cherchent le couloir Coolidge pour traverser le Pelvoux, ou encore à ceux qui empruntent les « vires » et la « banane » pour atteindre l’Ailefroide Orientale…Très souvent visité mais assez rarement photographié…

Pour avoir réalisé les deux courses précitées, en particulier la seconde lors du rassemblement Oisans 2007, il me fallait désormais trouver un bon observatoire de cet envers du décor pour le fixer définitivement sur ma carte SD. Un sommet plutôt secondaire mais très bien placé par rapport à l’objectif pourrait faire l’affaire : Les Bœufs Rouges (3515m) dans le cirque de la Pilatte. Le Glénat Chevaillot-Minelli n’en parle pas. Néanmoins le Topo Labande, trouve ce sommet intéressant pour autant qu’on accepte de le traverser. C’est ce que nous allons faire avec Pierre Dubois, Marie Fornasari, Annie Triffet et Jean Chalon en ce début juillet 09.

 

 

Première tentative le 8 juillet où sous un plafond nuageux très bas, nous chercherons sans visibilité et vainement l’accès au Col du Sélé. Retour au refuge de la Pilatte vers 10h30. Repos pour certains ; quoique après une quadruple rotation de l’hélico, la gardienne nous invita à transborder plus d’une demi tonne de vivre dans le refuge… une bonne bière à la clef; pour d’autres direction Gioberney avec un départ et un retour un peu trop tardif… Dommage

9 juillet : Ten-Ten blue sky. Départ du refuge de la Pilatte (2550m) à 4h45. Col du Sélé 7h30. L’arête NNO rocheuse (PD) et le sommet 10h10. Descente au début délicat, sur le col de la Condamine (3422m) par la voie normale. Sous le col, crampons aux pieds, nous rejoignons par une courte mais raide pente glaciaire et une rimaye déjà ouverte, le vaste glacier de la Pilatte. Refuge 13h15. Objectifs atteints : des photos, un sommet, une arête rocheuse variée (délitée dès qu’on la quitte - attention aux prises tiroirs), une bonne ambiance de cordée, un horaire assez bien respecté. Bref une bonne journée d’alpinisme classique dans un cadre glaciaire de toute beauté. Au dire d’un guide, la traversée des Bœufs Rouges redevient à la mode, aaie !

P.Massart